Les métamorphoses du traitement spatial de la question sociale. Approche croisée de deux grands projets de renouvellement urbain dans les agglomérations de Lille et de Hambourg

The Metamorphosis of the Spatial Treatment of the Social Question. Crossed Analysis of Two Great Projects of Social Urban Renewal in the Area of Lille and Hamburg.

Die Verwandlungen der politischen Behandlung sozial-räumlicher Probleme. Verflochtene Analyse von zwei Großprojekten sozialer Stadterneuerung in den Großstädten von Lille und Hamburg.

URN urn:nbn:de:gbv:1373-opus-3254
URL
Dokumentart: Dissertation
Institut: Stadtplanung
Hauptberichter: Sintomer, Yves (Prof. Dr.)
Sprache: Französisch
Tag der mündlichen Prüfung: 04.12.2015
Erstellungsjahr: 2015
Publikationsdatum:
SWD-Schlagwörter: Stadtsanierung , Diskursanalyse , Vergleich , Lille , Hamburg , Wilhelmsburg , Roubaix , Tourcoing , Mythos , Ritual , Kategorie , Instrument
Freie Schlagwörter (Deutsch): Stadterneuerung, IBA, Union, Vergleich, Lille , Hamburg , Mythos , Ritual , benachteiligte Stadtteile, internationale Ausstrahlung
Freie Schlagwörter (Englisch): Urban renewal, IBA, Union, comparison, Lille, Hamburg, Myth, Ritual, deprived neighborhoods, international attractiveness
DDC-Sachgruppe: Sozialwissenschaften, Soziologie, Anthropologie

Kurzfassung auf Französisch:

Élaborée à partir de l'étude croisée de deux cas de politiques de développement local, cette recherche doctorale porte sur les transformations du traitement spatialisé des problèmes sociaux dans les agglomérations de Lille et de Hambourg. Inscrite dans une démarche constructiviste, cette analyse socio-historique de la genèse des projets de l'Union, aux confins des communes de Roubaix, Tourcoing et Wattrelos et de l'Internationale Bauaustellung (IBA) Hamburg, sur l'île de Wilhelmsburg, traite de l'évolution des formes de catégorisation de ces « quartiers défavorisés » et du traitement politique qui en est fait. L'enquête ancrée entre sociologie de l'action publique et sociologie urbaine, recourt à des matériaux ethnographiques (observation de réunions, entretiens approfondis) et à des archives issues des fonds des différentes instances publiques engagées dans les projets étudiés de 1990 à 2014. Remettant en cause les approches de développement social traditionnelles articulées autour de systèmes de zonages – qu'il s'agisse de la « politique de la ville », ou du développement social des quartiers (soziale Stadtteilentwicklung) – l'Union et l'IBA font du traitement des « quartiers défavorisés », un enjeu d'« attractivité » et de « rayonnement métropolitain ». Alors que dans l'agglomération lilloise, le projet de l'Union repose sur un volet économique de soutien aux « filières d'excellence » de « l'image » et des « textiles innovants » et sur la construction d'un écoquartier (2007-2022), l'IBA Hamburg comporte des mesures de densification du peuplement, de construction d’infrastructures de production d'énergies renouvelables et un volet socio-éducatif ayant pour objectif d'améliorer l'offre scolaire des quartiers de Wilhelmsburg et Veddel (2007-2013). Après avoir contextualisé les rapports de pouvoir socio-économiques qui structurent chaque agglomération pour la période 1950-1990, cette étude retrace de manière détaillée la constitution des coalitions d'acteurs, des catégories et des instruments d'action publique qui caractérisent les processus de renouvellement urbain étudiés. De tels outils analytiques ont permis de dépasser les asymétries apparentes entre les deux cas, et de mettre en lumière les modalités économiques et symboliques du tournant « métropolitain » du problème des « quartiers » ainsi que les répercussions d'une telle métamorphose sur la sélection des acteurs considérés légitimes à prendre part à la décision. L'étude des réseaux de réformateurs contribuant à la construction des catégories de « quartier défavorisé » (benachteiligter Stadtteil) et d'« attractivité métropolitaine » (internationale Ausstrahlung) est menée au regard du contexte économique local des agglomérations de Lille et Hambourg. L'analyse de ce processus de catégorisation a également impliqué de prendre en compte les formes de circulations transnationales et infranationales qui ont contribué à le nourrir. Il est alors apparu que la spatialisation des problèmes sociaux puis la traduction du problème des « quartiers » en projet de réforme de l'administration et son articulation à la catégorie d'« attractivité métropolitaine », en amont du lancement de l'IBA et de l'Union, participent d'une même dynamique d'occultation progressive de la question sociale. Enfin, si une telle démonstration met en lumière les « possibles non-advenus » exclus au fil de la catégorisation du problème des « quartiers » comme enjeux d'« attractivité métropolitaine », elle illustre également les mécanismes de production du consensus mis en place une fois ces alternatives politiques écartées. En refaçonnant le concept de « mythe d'action publique », ce travail dégage quatre systèmes de justifications permettant de comprendre comment les différentes mesures portées par chaque projet ont pu être légitimées et effectivement mises en pratique. Attractivité, excellence, bonne gouvernance et justice spatiale sont les quatre mythes au carrefour desquels, les dispositifs de l'IBA et de l'Union sont conçus et mis en œuvre. Issus de l'étude en situation de l'instrumentation de chaque projet et des arènes de négociations qu'ils instaurent, ces systèmes de justifications sont un outil d'analyse privilégié pour l'étude des contradictions sous-jacentes à ces deux grands projets de renouvellement urbain. L'observation ethnographique des groupes de travail et des réunions de chargés de projets a permis d'appréhender ces instances à l'aune du concept de « rites » en mettant en lumière les jeux de rôles auxquels se prêtent les acteurs qui font l'apologie de ces mythes tout en prenant un recul critique en coulisses de ces cérémonies. L'Union et l'IBA Hamburg sont dès lors apparus comme les formes archétypales d'une nouvelle manière de traiter spatialement des problèmes sociaux, révélatrice d'évolutions socio-économiques et symboliques que l'on retrouve dans un nombre croissant de villes des économies capitalistes.

Kurzfassung auf Englisch:

This crossing of two case-studies (approche croisée) of urban development projects deals with the transformations of socio-spatial policies in the metropolis of Lille and Hamburg. Taking a constructivist approach, it focuses on the genesis of the Union-project between the municipalities of Roubaix, Tourcoing and Wattrelos, and of the « international building exhibition IBA Hamburg » (internationale Bauaustellung) on the Elbe island of Wilhelmsburg. The construction of « public problems » and the framing of “deprived neighborhood” (quartiers dévaforisés / benachteiligte Stadtteile) as categories of public action and the changes of the political treatment of these sociospatial problems are at the center of this socio-historical research. This sociological analysis of political processes relies on qualitative data-gathering (ethnographic observations of workinggroups, semi-structured and partly-standardized interviews) and on archives analysis of several institutions that took part in each urban development process between 1990 and 2014. Both, the IBA Hamburg and the Union-project can be considered as a new form of urban renewal projects to the extent that they challenge former programs of social urban policies that are based on smaller development areas. The projects combine goals of socio-spatial development with the ambition of fostering the attractiveness, the image and the international standing of their metropolis. While the Union-project (2007-2022) relies on economic development measures towards innovative enterprises in the sectors of technical textiles and IT-industries, as well as the construction of a sustainable neighborhood (ecoquartier), the IBA Hamburg (2007-2013) aims to promote the growth of Wilhelmsburg's population, the construction of renewable energy production infrastructures and the development of social- and educative institutions on the Elbe Island. Beyond these considerable divergences in content and the different scope of both projects – the development area in l'Union concerns 80 hectares whereas the IBA takes place on 42 square kilometers – these urban renewal processes proved to be typical forms of great projects of social urban development. Considering the most important political economical evolutions of the last decades (1950-1990), this PhD thesis analyses the emergence of constellations of actors, categories and tools of local government of both projects. By doing this, the commitment of reformer networks can be brought to light: experts, academics and senior civil servants actually contributed to the identification and framing of the problem of “deprived neighborhoods” and then to its articulation as a question of “international attractiveness”. Such a categorization process, that turns a socio-spatial problem into a project of reform of public administration and then into a matter of “international competitiveness” finally nourishes the same depoliticization dynamic that leads to the concealment of the social question. Even if this study highlights the losers of both urban renewal processes, to the extent that it looks at the unsuccessful political alternatives, it also deals with the mechanisms of consensus production that are instituted after the framing of a first space of possibilities. Based on the concept of “myth of public action”, this part of the thesis underlines the justification systems, which contribute to legitimate the different measures of both projects. Attractiveness, excellence, good governance and spatial justice are the four myths on which the IBA Hamburg and the Union- roject have been defined and implemented. This analytical pathway enabled to question the different contradictions of both projects, based on the observation of working groups in which these myths have been alternately glorified – on stage – or criticized – backstage. This analysis of the management of the projects' contradictions by their promoters through such role playing gives the occasion to highlight a specific way of dealing with socio-spatial problems that seems to become ever more significant for European urban policies.

Hinweis zum Urheberrecht

Für Dokumente, die in elektronischer Form über Datenenetze angeboten werden, gilt uneingeschränkt das Urheberrechtsgesetz (UrhG). Insbesondere gilt:

Einzelne Vervielfältigungen, z.B. Kopien und Ausdrucke, dürfen nur zum privaten und sonstigen eigenen Gebrauch angefertigt werden (Paragraph 53 Urheberrecht). Die Herstellung und Verbreitung von weiteren Reproduktionen ist nur mit ausdrücklicher Genehmigung des Urhebers gestattet.

Der Benutzer ist für die Einhaltung der Rechtsvorschriften selbst verantwortlich und kann bei Mißbrauch haftbar gemacht werden.